Paradoxalement, alors même que la chirurgie esthétique s’est démocratisée et que les avancées techniques permettent d’obtenir des résultats très naturels, celle-ci est encore associée à une image de superficialité, d’où peuvent découler tous les excès. Il ne se passe pas une semaine sans que les médias stigmatisent le recours outré à la chirurgie d’une personnalité Lire

Chirurgie esthétique du visage

Chirurgie esthétique du visage

Chirurgie esthétique des seins

Chirurgie esthétique des seins

Chirurgie esthétique de la silhouette

Chirurgie esthétique de la silhouette

Médecine esthétique

Médecine esthétique

Cliquez pour tout savoir sur la médecine esthétique

PLUS...

Chirurgie esthétique chez l’homme

Chirurgie esthétique chez l’homme

Cliquez pour tout savoir sur la chirurgie masculine

PLUS...

J ai peur de franchir le pas vers la chirurgie esthétique car je crains de devenir « accro », que faire ?

Accompagnement lors du processus d'opération de chirurgie esthétiqueParadoxalement, alors même que la chirurgie esthétique s’est démocratisée et que les avancées techniques permettent d’obtenir des résultats très naturels, celle-ci est encore associée à une image de superficialité, d’où peuvent découler tous les excès. Il ne se passe pas une semaine sans que les médias stigmatisent le recours outré à la chirurgie d’une personnalité médiatique, poussée par une quête de perfection ou d’éternelle jeunesse. En réalité, ces comportements sont très minoritaires : la plupart des personnes qui ont recours à la chirurgie esthétique le font de manière modérée et réfléchie.

 

 

Un recours pathologique à la chirurgie esthétique

L’on ne compte plus les exemples de célébrités ayant subi des dizaines d’interventions de chirurgie esthétique, au point de rendre leur visage et leur corps méconnaissables. L’effet obtenu est parfois disgracieux, voire caricatural. Des injections d’acide hyaluronique répétées au niveau de la bouche et des pommettes apportent un volume trop important à ces zones, créant un déséquilibre de l’harmonie naturelle du visage. Des augmentations mammaires excessives transforment les femmes en stéréotypes. Les personnes très exposées médiatiquement sont sans cesse à l’affût des signes du temps, et cherchent à tout prix à préserver leur jeunesse… parfois au détriment de leur bon sens !

Un projet réfléchi

À rebours de ces comportements très isolés, la majorité des patientes et des patients utilisent la médecine et la chirurgie esthétique de manière ponctuelle. En France, les femmes et les hommes recherchent avant tout un résultat naturel, quasiment indétectable par leur entourage. Beaucoup d’entre eux cherchent à gommer leurs rides ou à corriger un défaut, vécu depuis longtemps comme un complexe : nez proéminent, poches sous les yeux, double-menton, ptôse mammaire ou excès de cellulite. Ils ne se rendent chez leur chirurgien plasticien qu’après avoir mûrement réfléchi leur projet. Il faut également préciser que le chirurgien esthétique peut refuser une intervention s’il estime que celle-ci est inutile ou s’il décèle une pathologie sous-jacente chez sa patiente ou son patient. Le besoin de constamment transformer son apparence peut révéler un trouble psychique grave et invalidant : la dysmorphophobie.

Une ou plusieurs interventions ?

Il est tout à fait possible d’avoir recours plusieurs fois dans sa vie à la chirurgie esthétique, sans pour autant tomber dans l’excès. La multiplication des interventions est justifiée par l’évolution du visage ou du corps dans le temps. Par exemple, une patiente qui aura régulièrement eu recours à des injections d’acide hyaluronique pour atténuer les signes du vieillissement pourra envisager un lifting lorsque le relâchement cutané deviendra trop important et ne pourra plus être corrigé par la médecine esthétique. La relation de confiance instaurée entre le patient et le chirurgien plasticien s’affirme cruciale. Un praticien suivant son patient depuis plusieurs années sera plus à même de lui recommander les interventions les plus adaptées ou, au contraire, de le freiner s’il juge que sa demande est irréaliste.

Pour en savoir plus sur le recours modéré à la chirurgie esthétique, contactez le Docteur Gounot par téléphone au 04 37 24 94 54 ou envoyez un mail au cabinet : cabinet@docteurnicolasgounot.com.