Augmentation mammaire et implants Augmentation mammaire L’intervention chirurgicale consistant à la mise en place de prothèses mammaires se pratique depuis plus de 40 ans avec une sécurité et une progression significatives des résultats. Qu’ils s’agissent de seins peu développés ou ayant perdu leur volume après les grossesses, l’augmentation par prothèses redonne féminité et harmonie à Lire

Chirurgie esthétique du visage

Chirurgie esthétique du visage

Chirurgie esthétique des seins

Chirurgie esthétique des seins

Chirurgie esthétique de la silhouette

Chirurgie esthétique de la silhouette

Médecine esthétique

Médecine esthétique

Cliquez pour tout savoir sur la médecine esthétique

PLUS...

Chirurgie esthétique chez l’homme

Chirurgie esthétique chez l’homme

Cliquez pour tout savoir sur la chirurgie masculine

PLUS...

Augmentation mammaire et implants

Augmentation mammaire

Chirurgie Implant / prothèse mammaireL’intervention chirurgicale consistant à la mise en place de prothèses mammaires se pratique depuis plus de 40 ans avec une sécurité et une progression significatives des résultats. Qu’ils s’agissent de seins peu développés ou ayant perdu leur volume après les grossesses, l’augmentation par prothèses redonne féminité et harmonie à la silhouette. Plusieurs critères seront à respecter afin de tendre au maximum vers un résultat naturel avec des seins mobiles dans toutes les positions du corps, sans visibilité de l’implant et si possible avec une cicatrice dans le creux axillaire (sous les bras).

L’augmentation mammaire est une intervention dont le but est de corriger un volume des seins jugé insuffisant. Cette augmentation mammaire est réalisée lors d’une intervention chirurgicale sous anesthésie générale effectuée par un chirurgien spécialisé. Elle consiste à mettre en place une prothèse ou un implant parfaitement choisis et personnalisés en fonction de chacune des patientes souhaitant ce type d’opération.

Les implants, prothèses mammaires

La prothèse se présente sous la forme d’une enveloppe en silicone élastique remplie de gel de silicone. Sa forme est dite anatomique c'est-à-dire en « forme de sein ». Le but de l’augmentation mammaire est de valoriser un buste en le réadaptant naturellement à des formes harmonieuses. La chirurgie d’augmentation mammaire peut être pratiquée dès l’age de 18 ans et pendant toute la durée de la vie. La prothèse mammaire permet d’augmenter le volume des seins lors d’une intervention chirurgicale de plastie mammaire d’augmentation.

Les prothèses mammaires utilisées à l’heure actuelle en France, pré-remplies de gel de silicone, répondent à des normes de sécurité précises et rigoureuses comme le marquage par CE (communauté Européenne) et l’autorisation de l’AFSSAPS (Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé) en 2004.

La prothèse mammaire est constituée d’une enveloppe souple, étanche et élastique en élastomère de silicone de texture lisse ou rugueuse (paroi solide empêchant le passage du gel vers l’extérieur). Le gel de silicone d’une consistance peu fluide est contenu à l’intérieur de cette enveloppe.

Les nouvelles générations de prothèses mammaires ont une grande diversité de formes dites « anatomiques » permettant l’adaptation personnalisée à chaque patiente. En France, en dehors du gel de silicone, deux types de produits de remplissage des enveloppes en élastomères de silicone sont autorisés:

  • le sérum physiologique : la différence avec le gel de silicone est la consistance peu naturelle de ce type de prothèse mammaire.
  • l’hydrogel, gel aqueux (eau gélifiée par un dérivé de la cellulose) ayant eu sa certification AFSSAPS en 2005, de consistance plus naturelle que la précédente et résorbable lui aussi par l’organisme.

La durée de vie de la prothèse mammaire pré-remplis en gel de silicone ne peut être garantie car elle dépend des éventuelles survenue de complications. De nouvelles interventions au cours de la vie d’une patiente sont parfois nécessaires pour s’assurer du maintien du caractère bénéfique de la prothèse mammaire. Il est conseillé de changer les implants tous les dix ans.

Les risques liés aux prothèses mammaires

En dehors des risques liées à l’intervention chirurgicale de plastie mammaire (anesthésie et risque chirurgical), la pose d’une prothèse mammaire présente des risques propre à la prothèse elle-même, les trois principaux risques sont les suivants :

  • la contracture capsulaire, réaction normale et habituelle de l’organisme autour d’un tissu étranger afin de l’isoler et de se protéger. Complication plutôt esthétique mais nécessitant une réintervention en cas de gêne fonctionnelle ou de douleur.
  • la rupture, surtout favorisé par un choc violent et l’ancienneté de la prothèse mammaire. Le remplacement de la prothèse mammaire est alors obligatoire.
  • la formation de plis ou d’aspects de vagues, le plus souvent cela se produit avec des prothèses mammaires pré-remplies de gel plus souple que le gel de silicone.

Mais d’autres types de risques spécifiques aux prothèses mammaires existent, on peut citer une mauvaise position ou une rotation de l’implant mammaire et dans de très rares cas une déformation de la paroi thoracique engendrée par des coques fibreuses laissées en place trop longtemps.

La pose de prothèses mammaires

La pose de prothèses mammaires remplies de gel de silicone n’a aucun retentissement sur l’allaitement et il n’y a, jusqu’à maintenant, aucune relation scientifique mise en évidence sur l’apparition éventuelle d’un cancer du sein ou sur les risques de déclenchement de maladies inflammatoires. Il est nécessaire de préciser la présence d’une prothèse mammaire lors d’une mammographie pour adapter la technique d’examen.

La pose d’une prothèse mammaire impose un protocole de suivi rigoureux jusqu’à un an après l’intervention et au minimum tous les cinq ans par la suite. Le suivi dans le cadre de la surveillance gynécologique et du dépistage du cancer du sein doit se faire de manière habituelle.

Les gestes chirurgicaux qui permettent l’augmentation mammaire par prothèse entraînent des cicatrices correspondantes aux tracés des incisions avec plusieurs voies possibles :

  • les voies aréolaires
  • la voie axillaire (incision sous le bras, dans l’aisselle)
  • la voie sous-mammaire (incision dans le sillon sous le sein)

Les cicatrices à la suite d’une chirurgie d’augmentation mammaire seront définitives et indélébiles. L’aspect définitif d’une cicatrice est totalement imprévisible, la cicatrisation dépend entièrement de chaque patiente.

L’implant mammaire sera introduit par les incisions vers la loge précédemment réalisée en position pré-musculaire ou rétro-musculaire. La chirurgie d’augmentation mammaire peut-être réalisée de la fin de la croissance et pendant toute la durée de la vie, elle n’empêche pas l’allaitement lors de futures grossesses mais dans ce cas il est préférable d’attendre au moins six mois après l’intervention. Il n’y a pas d’incidence sur le risque d’apparition d’un cancer après ce type de chirurgie. Les gestes complémentaires de correction d’une ptose mammaire pourront être accompli en même temps mais la résection de peau entraînera des cicatrices plus importantes autour de l’aréole, plus ou moins verticales. Le choix de l’implant sera fait par le chirurgien en fonction des désirs exprimés par la patiente et du contexte anatomique préalablement minutieusement étudiés lors des consultations préalables.

L’intervention doit être réalisée par un chirurgien plasticien qualifié, elle se fait comme toute intervention chirurgicale avec un bilan pré-opératoire et une consultation par un médecin anesthésiste. Dans ce type de chirurgie d’augmentation mammaire, il est également nécessaire de faire des examens d’imagerie mammaire (mammographie et échographie).

La chirurgie d’augmentation mammaire se fait le plus souvent sous anesthésie générale classique. L’hospitalisation à la suite d’une augmentation mammaire est une hospitalisation de 24 heures le plus souvent mais parfois elle peut se faire en ambulatoire. La chirurgie d’augmentation mammaire est une intervention dont la durée dépend du travail chirurgical à faire par le chirurgien plasticien, de la voie utilisée et des gestes complémentaires associés à effectuer éventuellement. Elle dure en général entre 1 heure et 2 heures 30. Chaque chirurgien utilise une technique qui lui est propre et l’adaptera au patient pour obtenir le meilleur résultat.

Après la chirurgie d'augmentation mammaire

A la suite d’une chirurgie d’augmentation mammaire il faut se reposer et éviter les efforts violents car les suites opératoires sont parfois douloureuses les premiers jours en fonction de la position et du volume des implants. Des antalgiques adaptés seront prescrits. Les suites opératoires après une chirurgie d’augmentation mammaire sont variables en durée et en importance en fonction des patients : gonflement (œdème) et bleus (ecchymoses), sensation de tension des seins et une gêne lors de l’élévation des bras.

Le premier pansement est retiré au bout de quelques jours. 5 à 8 jours après la sortie, lors de la consultation, il y a la mise en place d’un soutien-gorge (assurant une bonne contention) sans armature en tissu élastique et s’ouvrant par le devant dont la taille a été prédéfinie avant la sortie. Le port de ce soutien-gorge est conseillé pendant environ 1 mois, nuit et jour.

Il faut compter un délai de 2 à 3 mois pour laisser le temps de cicatrisation (les cicatrices sont inévitables, définitives, indélébiles et imprévisibles) et de récupération de la souplesse des tissus. Le sein prendra sa forme naturelle en deux mois environ. Un délai de 12 mois est nécessaire pour apprécier définitivement les cicatrices et juger du résultat final d’harmonie retrouvée de la poitrine avec une amélioration de volume et de forme de la poitrine. La récupération du volume mammaire attendu a très souvent un impact psychologique très positif. Le volume des seins restera stable sur le long terme, exception faite d’une variation de poids importante au cours des années qui suivent l’intervention. Les seins « augmentés » seront simplement sensibles comme les seins naturels aux effets de la pesanteur, du vieillissement, des qualités de soutien de la peau et du volume des implants.

Les prothèses mammaires ne doivent pas être considérées comme définitives et chaque patiente doit s’attendre à devoir, un jour ou l’autre, envisager leur remplacement. La durée de vie d’une prothèse est impossible à estimer car les phénomènes d’usure sont d’une rapidité variable. En aucun cas la durée de vie d’un implant ne peut être garantie. L’évolution actuelle des implants de nouvelles générations aussi bien en résistance qu’en fiabilité permet de n’envisager le remplacement de la prothèse que lors de l’apparition d’un problème le justifiant ou d’une nouvelle demande d’amélioration esthétique ou d'un age de vie supérieur à 10 ans.

Il est cependant indispensable de suivre rigoureusement les visites de contrôle qui sont prévues avec votre chirurgien dans les semaines et les mois qui suivent l’intervention. La surveillance spécifique de l’implant se fera tous les deux ou trois ans. Toutes modifications éventuelles d’un ou des deux seins devront être rapidement suivi d’un contrôle. Le suivi gynécologique et le dépistage du cancer du sein, surveillances habituelles pour les femmes porteuses ou non de prothèses mammaires, seront effectués normalement. Chaque médecin devra être informé de la présence de vos prothèses.

Deux consultations avec votre chirurgien plasticien seront nécessaires avant l’intervention. Les fiches d’information seront remises, le consentement éclairé devra être signé et un devis sera remis à la deuxième consultation. Avant et après l’intervention des photographies médicales seront prises.

La chirurgie d’augmentation mammaire, opération délicate, nécessite rigueur et compétence dans sa réalisation. C’est une intervention chirurgicale avec tous les risques d’un acte médical, aussi minime soit-il, anesthésie et geste chirurgical. Il est donc nécessaire et indispensable d’avoir recours à une équipe qualifiée et compétente avec un médecin anesthésiste et un chirurgien plasticien qualifié formés à ce type d’intervention. Tout acte chirurgical comporte une petite part d’aléas. La formation et la compétence d’un chirurgien plasticien permettent d’en éviter la survenue ou de les traiter efficacement.

Voir les résultats.

ATTENTION : La présence de photos de résultats étant interdite par le Conseil de l’ordre des Médecins, nous vous invitons à contacter le secrétariat du cabinet du Docteur Nicolas GOUNOT à Lyon.

.